Yellow is the new black

La couleur tendance de ce printemps c’est le jaune ! Si ! y’en a partout, même là où j’en ai pas mis !

la tulipe brownie ( décrite comme un orange brulé, cuivre rosé et bronze avec une petite touche de jaune ) est sortie comme ça :

en faisant preuve de patience ( une bonne semaine ), on peut voir une évolution :

sur le site elle est comme ça ( c’est le moment où il faut retourner en arrière voir la première photo et comprendre que je riais jaune en la voyant éclore ) :

tulipes brownie, Marianne, lasting love, heuchère marmelade
une pointe de jaune qu’ils disaient !

Entre les tulipes Mystic Van Eijk, j’ai mis des tulipes daydream, pour créer une harmonie rosé pamplemousse rosé et abricot…et quelle couleur sort ? devinez…vous reprendrez bien un peu de jaune ? :

j’ai compris la leçon, j’attends que la couleur daigne apparaitre…

mais jaune très pâle avec le rose je trouvais ça joli aussi…

Et dimanche,

c’était les Naturalies à Dreux , ça rime moins bien que l’article précédent ( dimanche à Bamako ça ne rime pas non plus , mais c’est une autre chanson )

deux fêtes des plantes dans le week-end, allez , y’a que le porte monnaie qui pleure, sinon c’est le bonheur complet

vue depuis le stand d’or-k-idée , un pépiniériste local ( aussi présent à St Jean de Beauregard ) chez qui j’ai pris

  • 1 sanguisorba alba
  • 1 armoise Valérie Finnis
  • 1 campanule Kent Belle
  • 1 trollius Alabaster
  • 1 geranium summer skies
  • 1 potentille volcan
  • 1 euphorbe Ascot Rainbow

Le monsieur est adorable, il m’a écrit derrière chaque étiquette les exigences de chaque plante.

Il y avait aussi le stand où l’un de mes amis jardiniers se fournit capillairement ( l’heure de ma vengeance a sonné, Christophe ) :

Les petites décos habituelles :

Séverine, de la pépinière du Clos St Antoine, était présente ( une presque voisine aussi, elle vient de l’Eure ), je lui ai pris

  • 1 trifolium peach pink
  • 1 agastache blue boa
  • 1 persicaire blackfield
  • 1 veronica pink damask

Aux jardins de Bellenau, un iris africain m’a attirée mais je n’ai pas osé finalement ( si le réchauffement climatique continue ça va devenir possible )

Barnhaven avait dû être pris d’assaut la veille, il n’y avait rien de ce que je voulais .

Mais ! mais ! là ! celui à qui j’avais résisté la veille, ses branches tortueuses, ses chatons foncés, ses ( futures ) feuilles pourpres, hop, embarqué :

corylus contorta Red Majestic

pas moyen de trouver une brouette donc je n’ai pas pu profiter du sac de compost gratuit ( ça fait partie des petits plus de cette fête, aller remplir son sac à l’énorme tas de compost de la ville )

Maintenant, viiite, plus que quelques jours pour tout planter avant St Jean…

Samedi c’était Crécy

Samedi je suis allée à Crécy la Chapelle, un peu les mains dans les poches , sans appareil photo et sans ma carriole, juste pour le plaisir de retrouver les amis jardiniers, et chose imprévue, les copines blogueuses m’ont fait entrer dans le jury qui décerne les prix ( moi aussi je trouve l’idée étrange mais l’amitié fausse le jugement parfois )…me voilà donc à déambuler entre les stands, gonflée de ma propre importance d’influenceuse toute fraiche ( enfin quand je dis fraiche, vous comprenez… ) . Il ne fallait pas trainer, nous avions deux prix à remettre avant la fin de la matinée.

donc pas le temps de libérer Gaspard,

Surtout ne pas prendre la mouche si les autres n’approuvent pas notre choix

et ne pas semer la zizania dans le groupe

autant dire que je marchais sur des oeufs

Nous avons réussi à nous mettre d’accord sur le joli stand de Dominique Jouvenet , qui présentait cette étagère recyclée:

et sur les adorables ficaires du stand Passion vivaces… quand on est tombées sur ces petites choses croquignolettes , c’est devenu pire qu’une avalanche de photos de chatons mignons sur Facebook, ou qu’un concert de Patrick Bruel : l’hystérie collective !!! à fleurs simples, à fleurs doubles, à revers contrasté, à feuillage pourpre, on a pris le stock !

salmon white

colarette
coppermob

double bronze

Un peu plus tôt chez les Hennebelle, mes yeux énamourés s’étaient posés sur cette merveille qui me tendait les bras ( malheureusement réservé ) :

larix horstmann’s recurved

De jolies installations ( chéri, si tu t’ennuies…. )

Et cette fête m’a enfin donné l’occasion de découvrir le joli travail de Naterre, ses galets flottants et ses tuteurs me plaisent beaucoup :

pour de plus jolies photos de cette manifestation, je vous invite à aller sur les blogs de Charlotte, Christophe, Isa Marie, Lo, Patricia

Erythroniums trognons

Vous vous souvenez de mes doigts coupés ? et bien ça y est , ils fleurissent ! quelle joie de découvrir la première fleur, je suis une petite fille qui reçoit son cadeau de Noël ( oui, on est quasiment à Pâques , c’était juste une façon de parler , ne chipotez pas )

erythronium white beauty

premier jour les pétales ressemblent au toit d’un temple asiatique, deuxième jour, hop, c’est une danseuse de flamenco qui lève les bras ( si si, essayez, ça le fait exactement ) :

Je pense que ça se voit sur mes photos, c’est une plante pour jardinier à quatre pattes; donnée pour 20 cm , chez moi elles font 14 cm au garrot ( j’ai vérifié ! )

Les jaunes sont plus grandes :

erythronium pagoda

J’ai bien pensé refaire la photo après avoir arraché l’ortie , mais finalement je la laisse, Lo pourra se moquer.

j’aime de plus en plus ce petit coin frais en vert/jaune/blanc

ah te voilà Pomponette !

on peut dire que je l’ai attendue, espérée celle là ! ah la coquine ! J’ai acheté l’année dernière les graines chez Sarah Raven, brillamment réussi le semis ( oui, je sais, c’est pas compliqué mais j’aime bien m’autocongratuler ) et installé la plante à l’automne au jardin. C’est une bisannuelle mais elle m’ a fait une fleur dès octobre:

Voui, vous aussi vous trouvez que ça n’est pas la peine d’acheter des graines pour se retrouver avec de la pâquerette de jardin ? ( j’aime bien les pâquerettes , c’est pas le problème, c’est juste pas ce que j’ai acheté )

La revoilà en mars, suspenssss, tension extrême, roulement de tambourins, on dirait qu’il y a beaucoup de pétales:

Ouiii, elle a fait des réserves cet hiver et la voilà toute ronde toute pimpante, je suis conteeeeeente :



Bellis perennis Goliath

Elles sont au pied de tulipes…non, je ne dis rien, parce que j’ai beaucoup de surprises dans les bulbes cette année, on va attendre…

beurre frais

Mi février, j’ai trainé toute la famille à la première journée porte ouvertes des Delabroye et je suis revenue avec trois nouveaux bébés, je vous présente l’un deux :

magnifique à tous les stades

On voit de loin ses jupons gonflés ( tutu, crème chantilly , vous pouvez y voir ce que vous voulez )

j’aime l’association avec le corylopsis paucifolia dont les clochettes commencent à s’ouvrir ( j’ai enlevé l’étiquette depuis, c’était incongru dans un jardin si distingué )

à ses pieds , des doronics donnés par Marylin H. , qui vont s’ouvrir en étoiles jaunes

et un pachyphragma que j’ai failli arracher tellement il ressemble à une « mauvaise herbe » ( ses feuilles se font boulotter et ne ressemblent plus à rien )

allez, encore une photo parce qu’il est cro cro beau !

Ça pousse, et pas en silence

Celui qui claironne haut et fort l’arrivée du printemps ici c’est le prunier sauvage, une espèce de cochonnerie qui drageonne de partout, mais je lui pardonne quand je le vois éclater comme ça :

ça bourdonne très fort là dedans , et les fleurs embaument. Quand les pétales tombent , ils font un tourbillon de neige qui me ravit.

Nous avons enchainé les coups de vents, c’est pas la tempête de 1999 bien sur, c’est juste une répétition de stress pour le jardin. Craaaac, le vieux prunier près de l’entrée a finit par céder, on s’est aperçu que seul le lierre le tenait debout en fait . Je suis contrariée parce qu’il abritait les naissances des petits merles.

Et puis Kilmanorck , qui s’est mis à pencher de plus en plus . Comme le béton c’est tendance, j’ai commencé par mettre un parpaing à son pied pour le retenir, puis deux ,

puis chéri est venu à ma rescousse pour faire un haubanage de fortune. Je ne sais pas combien de temps on peut laisser ça, une saison ? est-ce qu’il va se redresser ou va-t-il totalement se coucher ?

En attendant je fais un gros nettoyage à l’intérieur , où il y a énormément de bois mort ( qui contribue peut-être à le faire pencher ? )

à moins que ça ne soit le poids des escargots qu’il abrite qui le déséquilibre ?

Allez matelot Kilmarnock, accroche toi à la barre, je n’ai pas envie de me passer de tes chatons :

Salix caprea Kilmarnock

Comme un pou, comme un p’tit banc,

Fière !! oui, carrément ! Mon jardin était «  jardin de Noé  » depuis déjà 6 ans mais depuis cet automne, la plaque « officielle » est posée ( merci Chéri )

Devenir un îlot de vie est extrêmement simple , en voici les 10 commandements :

  • je laisse un coin de jardin au naturel
  • je mets en place une prairie fleurie
  • j’aménage des habitats pour la faune locale
  • je réduis ma consommation d’eau
  • je fais un compost
  • je limite l’éclairage nocturne
  • je favorise les plantes locales
  • j’améliore mon sol naturellement
  • je protège mes plantes naturellement
  • je deviens porte parole de la biodiversité

Vous trouverez plus d’informations sur le site mais si vous avez des nichoirs, des plantes mellifères, pas de pesticides, un récupérateur d’eau de pluie , vous avez déjà fait sans le savoir la moitié du chemin ; facile je vous dis

en plus, la plaque est jolie ; le lierre commence son travail d’approche, je crois qu’il est d’accord avec ma démarche

L’explosion de Rochester

c’est où ça ? ben dans mon jardin ! un joli fait d’hiver : Rochester c’est le nom de l’hamamélis acheté chez Le try il y a plusieurs années . Le pauvre vivotait en pot et enfin cet automne je lui ai trouvé une place ; il m’en a été reconnaissant, il éclate en fleurettes orangées et parfumées :

J’ai amené du compost à la plantation pour  » acidifier » un peu la terre , il est ombragé par le cerisier, j’espère qu’il va continuer à se plaire

travaux d’aiguilles de la maison à la campagne*

Dans mes petites habitudes de mémé brodeuse, il y a en novembre l’achat du magazine Just Cross Stitch, puis son feuilletage compulsif, dans un sens , dans l’autre, et encore une fois dès fois que j’ai loupé un modèle. Et cette année, déception, rien ne m’a séduite, la loose complète, zéro projet pour mon sapin rien qu’à moi.

Plan B dans les anciens numéro ? pas fichue de me décider vraiment.

Alors un plan C ? oui , CCN* plus précisément , et même deux tiens !

Tout d’abord la maison du père Nono au Pole Nord, avec non pas les slips kangourou qui sèchent comme on pourrait le croire mais des lettres accrochées à un fil . Pourquoi sont-elles là alors que la boite est en dessous ? sont elles dégoulinantes de bon sentiment d’où nécessité de séchage ? le mystère reste entier

North Pole Post Office de Country Cottage Needlework*

Deuxième modèle, et nouveau questionnement, je pense que ça va vous sauter aux yeux aussi: le père Noël est reparti, il a laissé les cadeaux au pied du sapin mais n’a pas touché aux cookies, probablement immangeables; je ne dénoncerai personne mais je crois savoir de quelle maison il s’agit…

Dear Santa de Country Cottage Needlework*

celui là n’est pas finitionné , parce que ma machine à coudre me martyrise, et que deux pendouilles c’est la limite à ne pas dépasser pour ménager ma santé nerveuse. J’ai laissé s’exprimer ma créativité bouillonnante en changeant  la couleur des rubans des cadeaux, un peu de doré pour faire festif.

Peace 2009 de Sue Hills Designs

ci dessus , brodé l’année dernière mais pas monté en pendouille. La meilleure idée de l’année , finir à la main la forme de sapin, où comment passer à deux doigts de l’implosion.

ma récompense , mon sapin de brodeuse s’étoffe d’années en années