intermède cocooning

En promenant mon carex prairie fire pour lui trouver une place, j’ai trouvé ceci à l’intérieur :

je ne pense pas l’avoir ramené de St Jean avec la plante, peut-être est-il tombé d’un arbre chez moi ? 

Il y avait une petite ouverture, avec mille précautions j’ai jeté un oeil ( allez savoir si une araignée mangeuse de jardinière ne s’y cachait pas, prête à bondir ? )

plus de bête à l’intérieur, mais un cocon de papillon un peu parti en miettes. La partie  » poilue » à droite est ce qui reste de la chenille . Après quelques recherches sur le net je pense à une écaille mais si quelqu’un a plus de précision, je prends.

Au boulot !

Après les fêtes des Mureaux et de St Jean de Beauregard, il faut planter les emplettes. Premier servi l‘ilex little rascal ; j’ai très peu de persistants au jardin, et celui là est bien tentant, peu piquant , pas très grand et de jolies couleurs automnales ( pas encore là comme vous le voyez )

Ensuite un petit sambucus lemony lace, au feuillage découpé comme un érable ( enfin presque ) :

Je voulais absolument remplacer le liquidambar slender silhouette que j’ai perdu ; j’avoue, je l’ai acheté sans savoir où j’allais le mettre mais forcément pas à l’endroit où l’autre avait grillé…J’ai tournicoté dans le jardin, le pot entre les mains, et là :

Dans cet infâme fouillis où l’Achillée ptarmica avait tout envahit , j’ai relevé les bras ( oui, je fais partie de cette engeance qui baisse quelquefois les bras ), le défi, les manches de mon T-shirt et yup-barbatruc :

de la place pour mettre un liquidambar, un aster magic purple, un rudbeckia little henry, deux heuchères guacamole :

le rudbeckia fait des petites spatules au bout des pétales, je ne l’avais pas remarqué en l’achetant, ça ajoute encore à son charme :

au pied du sédum qui est là depuis longtemps ( autumn joy ?  , je ne suis plus très sure ) deux heuchères qui végétaient en attendant que je leur trouve une place ( une caramel et une peach flambé je crois ) ; ce ne sont pas des achats récents mais comme c’est le même massif je ne suis pas trop hors sujet :

Mon carnet de jardin me dit que je n’ai pas tout planté et que je ne vous ai pas tout révélé ( le teaser de folie ! vous sentez arriver le nouvel article ? )

oui, c’est un peu la classe, j’ai un carnet de jardin; pas vous ? ( vous non plus vous n’avez pas de tête ? )

Une journée à St Jean

Tout d’abord il a fallu se lever tôt ( plus tôt qu’en semaine !!  mais là on est motivées ) pour être à l’heure au rendez-vous sur le parking

Enfin moi je suis systématiquement en retard d’un quart d’heure pour éviter les madeleines de Lo mais je suis encore arrivée trop tôt :-p

Après le café qui nous sauve de l’asphyxie, nous nous élançons. Une journée d’absence totale de sérieux, de craquage de budget et de rigolade pour un rien, le paradis !

une digitale au coloris incroyable
Patrick Blanc, son talent et ses cheveux incroyables
des belles drapées dans leur élégance
et des belles qui ont de pluvieux problèmes de poncho
des pots au chic so british me font un signe
et ma lutine est facétieuse

A la mi journée, nous avons progressé d’environ trois mètres, il est donc grand temps de nous sustenter, cookies, bulles, tartes sont au menu ( photo du pique-nique volée à Patricia )

Et nous repartons nous perdre au hasard des stands , d’ailleurs le petit Gérald attends toujours sa maman à l’atelier enfant :

j’aurais aimé ramener un beau penché, des cynorhodons orangés,  et une  immense graminée:

Mais rien de tout cela ne serait rentré dans ma carriole ( pas plus que dans ma voiture en fait )

Mes achats dans le prochain article ( trois articles dans la même semaine, , ne serait-ce pas trop ? )

on m’engueule,

on me reproche, on me pousse !

Je ne publie pas assez parait-il !

c’est que je ne peux pas tout faire moi !! Pendant que l’été grillait gentiment mon jardin, moi je faisais du vent . Oui, j’avoue, de longues après-midi à brasser de l’air, avec mon éventail BDD :

Normalement on ne met pas ses doigts sur les photos de broderie, c’est pas brodeuzélégante du tout. Pour faire chic on doit étaler des petites perles, mettre à côté le dé ouvragé de l’arrière grand-mère, mais comme je n’ai pas envie de passer mon après midi à ramasser douze mille perles éparpillées ( dont la moitié par terre ) , c’est mon pouce qui vous sert de jauge pour voir la taille du modèle.

Je ne suis pas bien satisfaite des mes points de noeuds qui sont moins jolis que ceux de madame BDD ( je sais, je ne suis jamais satisfaite de ce que je fais )

j’ai fait la moitié des clochettes de muguet et je sens ma motivation piquer du nez, il va pourtant bien falloir mettre un point ( de noeud ) final à cette histoire, que je puisse attaquer l’esprit tranquille les pendouilles de Noël !

l’indéfinissable

Comment je vais la décrire ? tout d’abord elle vient de chez Guillot, et c’est une belle bête : plantée à racines nues fin avril 2017 ( un peu limite quoi ), elle ne m’en a pas voulu et a fleuri dès la première année

Puis-je dire qu’elle est Parme même si elle s’appelle Florence ? Elle n’est ni mauve ni grise ni rose, ou alors un peu les trois ?

Après quatre jours d’orages, elle est toujours fringante

le coloris colombin du fenouil vient la caresser, le vert chartreuse ( de Parme ? non, toujours pas ) la réveille. ( petite digression, colombin, c’est la couleur gorge de pigeon, vous n’étiez pas partis sur une autre piste moins glamour au moins ? )

Elle tient compagnie à Reine des violettes, et toutes deux sentent la vraie rose ( surtout pas la violette, pouh ! )

Je n’aurais pas parié un kopeck sur le fait de mettre ce coloris au jardin et pourtant, elle me charme. Les consolida semés au pied ne semblent pas vouloir lever, je compte sur la floraison du baptisia derrière pour donner de la profondeur à l’ensemble.

Rosier Florence Delattre, de chez Guillot

fêtes des mères 2018

Elle m’avait promis un collier de nouilles, cuites, et au beurre. Et voilà ce que je découvre en ouvrant mon paquet :

quelle drôle d’idée ! ( c’est pas comme si je leur glissais du Yotam par ci , Yotam par là ) ( en plus y’a pas de recette de nouille au beurre dedans, ppfff )

A Chantilly, j’avais acheté le livre sur les papillons, et je l’ai feuilleté avec Clémence, et ma poulette, toujours attentive , a bien noté que j’étais fascinée par les papillons aux antennes en forme de peigne :

Alors elle a fait un dessin, pour sa maman et la mamie qui était présente , hop! une fidonie :

le papillon s’ouvre :

c’était un présage, parce que le soir je courais dans le jardin, lançant des « ho » , « là » , essayant de prendre une image arrêtée d’un machaon que je n’osais espérer , mais il était si agité que mes photos sont bien médiocres :

moralité, le fenouil et les valérianes continueront à ressemer là où ils voudront 🙂

We did it !

Oui , nous l’avons fait, nous avons vaincu le big one ! ( oui, normalement on parle de survivre au big one quand on était là pendant le grand tremblement de terre , mais il faut hiérarchiser les problèmes et là c’était vraiment du high level , je vous prie de nous croire ! ).

Nous sommes venus à bout de ça :

Babouche, mon aiguille la plus lente et moi sommes venus à bout du big bunch de tulipes ! ( mais non, évidemment pas Babouche, c’est le compagnon de Dora l’exploratrice, je suis sure que vous ne faites même pas attention à ce que j’écris )

travelling arrière

virage à gauche

un peu plus loin

 

vue d’ensemble

( elle aurait pu repasser le centre de la nappe, la feignasse )

 

SOL 2018

Je m’améliore, cette année je ne m’inscris pas la veille de la clôture ( je serais peut-être dans les 100 premières l’année prochaine ? )…Si vous êtes aussi bien organisé(e) que moi, il est encore temps, tout est expliqué chez la cheffe

Au menu je vous propose :

des akènes de clematis tangutica

des graines de nicotiana sylvestris blanc :

des graines de consolida dark blue :

des Ridolfia segetum :

En mémoire d’Alain, une petite sauge, salvia viridis blue :

en espérant régaler quelques gourmands…. ( je file me goinfrer sur les vôtres 😉 )

And the winners are :1,8,17,21,24,35,45,53,62,68,72,94,105,117,121,127,129

Fan…

Mi novembre, ma Cricri, Clémence et moi même avons passé une journée au salon Créations et Savoir faire. Nous avons eu un emploi du temps chargé en casant le maximum d’ateliers dans notre journée , et entre deux origami-guirlande-habillage de sapin de table,  de quoi dépenser un peu de sous . Forcément, nous sommes passées sur le stand du Bonheur des Dames ; plusieurs fois même !! Contrairement à Cricri qui collectionne leurs nappes, je n’ai pas investi dans des modèles trop grands vu que ça fait presque dix ans que je suis sur la nappe blanche…hum….J’ai pris deux petits éventails, celui au muguet et celui aux ipomées.

j’avais déjà celui aux physalis, que j’ai royalement bousillé en le brodant au point de croix ( sur un fil de trame ! ) au lieu de le faire au petit point ( mais qu’est-ce qui se passe des fois dans ma tête ??? ), donc là j’ai fait hyper gaffe, concentration maximum !!

le petit point, comme son nom l’indique c’est très petit; et très joli , bien en relief…oulala c’est beau ( z’yeux comme chez Tex Avery )

J’ai gardé le meilleur pour la fin, le point de noeud:

et le petit pompon :

trop mignon !!

( je précise que le titre, « fan », signifie « éventail » en anglais…oui ce blog est totalement bilingue )

Mon beau sapin ( rien qu’à moi )

on peut cliquer pour voir plus grand si on veut

Ca y est, la trépignation ( le trépignement ? l’impatience trépignante ! ) est révolue, je peux ressortir mes décos de sapin de brodeuse, youpiihii !! . L’année dernière, je me suis heurtée à un problème de taille ( comme quoi c’est pas un détail, n’est-ce pas Isabelle  😉  ) sur mon petit sapin, donc là,  pas le choix, direction la forêt enchantée de Tru**aut pour en trouver un plus grand; cinq minutes chrono pour payer et charger dans mon coffre l’authentique roi de la forêt en véritable plastique, garanti sans cette bonne odeur de sapin, mais vraie neige artificielle; un peu la classe !

Celui là est parfait, tout en hauteur afin de ne pas prendre trop de place à côté du fauteuil où je brode ( manquerait plus qu’il vienne me chatouiller la moustache et me distraire de mon ouvrage )

Au programme cette année, le finitionnage de deux petits LHN brodés l’année dernière :

« let us adore him » et « be merry » de little house needlework

emperlouzage et couture façon biscornu du shades of green :

Commencé l’année dernière aussi, je me suis emmêlée les aiguilles à force de tourner en rond et en plus la colle est remontée au montage. Définitivement pas brodeuse zélégante ( si quelque espoir m’était encore permis ):

snow day de square.ology , JCS 2016

Enfin voilà, mon gros père Nono a trouvé sa place parmi ses petits camarades:

 

les petits nouveaux auprès des anciens :

 

Et il me reste de la place pour plusieurs années 🙂

( car comme vous l’avez remarqué, perspicaces et attentives que vous êtes, j’ai souvent un an de décalage entre brodurage et finitionnage, donc la prévoyance est de mise )