le jardin des cinq sens

Dame pantoufle nous convie à un petit exercice de fin d’été et je m’y plie bien volontiers, j’enfile mon plus beau hennin et je me prends l’espace d’un instant pour la dame à la licorne, attentive à chacun des cinq sens dans le jardin :

  • l’ouïe : les graines de nigelles font un bruit sourd quand on les frôle , comme un grelot qu’on tiendrait entre ses doigts
  • le toucher : les échinops ritro ont un peu perdu de leur couleur mais ont gardé tout leur piquant, ouille pas touche
  • le gout : première salade du jardin dégustée hier, les limaces ne nous ont laissé que celles ci, les chicorées pain de sucre, tout ce qui était bien tendre n’a pas résisté à leur voracité
  • la vue : les coloris à cet endroit sont doux et chauds, il y a là tout ce que j’aime ( asters violetta, kaliméris blue star, sédum rose, physalis en orange et liquidambar encore vert clair
  • l’odorat : le rosier Munstead Wood n’a cessé de m’étonner, ses fleurs ont peu grillé finalement pendant la canicule, je m’attendais à pire, et le revoilà comme si de rien n’était , embaumant le jardin

à vous de jouer ?

la petite jardinière

J’avoue, je ne suis pas très géranium , pas très jardinière non plus . Enfin si, jardinière du dimanche , toujours, mais jardinière de bord de fenêtre pas trop.

Avec mon amie Laetitia nous avons participé à un rallye touristique où nous avons brillamment fini sur la troisième marche du podium, et parmi les lots récompenses figuraient des géraniums roses simples ( et une bouteille de bulles mais c’est une autre histoire ça )….hum, qu’est-ce que j’allais faire de ça ?

Et puis Lo m’a donné des géraniums double d’une couleur à tomber, Charlotte une impatiens, Laurence M une stipa….les cadeaux d’amitié c’est sacré , je n’allais pas laisser mourir tout ça ; j’ai encore une fois mis Chéri à contribution pour habiller une affreuseté en plastique et voilà le résultat :

la petite maison d’oiseau est un cadeau de Pascale ( et la couleur du géranium est d’un magnifique grenat velouté, la photo ne lui rend pas hommage )

une vieille palette, un zozio de chez Arrosoir et persil , une lanterne qui scintille le soir, une toile d’araignée , mes instructions presque claires et le talent de Chéri, et voilà, je l’adore ( la jardinière, chéri, tout )

la métamorphose du monstre

il y a deux ans ( je crois ) Guénolé avait organisé un jeu et j’avais gagné une hémérocalle surprise. Je l’avais plantée un peu au hasard près du rosier Sally Holmes et des hypericum galopants, pensant qu’elle serait surement dans les tons jaunes/orange…et puis je l’ai attendue, attendue…et l’été dernier :

mais kessécé ? le squelette d’un dinosaure ? une bête bizarre et menaçante ? ( flippée comme je suis j’ai immédiatement culpabilisé , me demandant quelle ânerie j’avais pû faire à la plantation pour avoir abimé comme ça mon cadeau )

à l’ouverture, ça ne ressemblait à rien, pas moyen de deviner au moins un semblant de couleur, bouton probablement infesté ( dans son livre, Guénolé parle des cécidomyies, ces petites mouches qui viennent pondre dans les boutons floraux, mais je n’ai pas eu la présence d’esprit d’ouvrir pour voir si c’était rempli de larves )

L’hémérocalle est une école de patience, j’ai donc attendu une année supplémentaire, et cette fois mon monstre a quitté ses guenilles :

je cherche un nom à mettre sur sa couleur et je ne sais pas trop, un orange brulé-saumon . En tout cas elle va bien là où je l’ai plantée et je la trouve bien jolie, merci Guénolé pour ce beau cadeau.

le moment hot

la canicule est là, encore une fois, mais mon petit coin frais reste ombragé; ici quasiment pas de fleur, c’est très reposant visuellement :

le nouveau venu est le berberis « faisceau doré », acheté à Chantilly chez les Hennebelle, il apporte la lumière qui manquait à cet endroit .Je vous montre avant :

et quand j’ai posé l’arbuste dans le massif, encore dans sa tontine ( la toile marron visible sur la photo ), j’ai su que j’avais fait le bon choix :

photo du 20 mai, il pleut

c’est aussi le coin des persicaires, que j’adore: une dorée, une red dragon, une variegata et une trou de mémoire ( ça me reviendra, peut-être )

tout devant , l’heuchère chocolat ruffles donnée par Dany, elle devient de plus en belle

un mois plus tard, on remarque que le berberis est un peu moins jaune

l’hosta Empress Wu prend ses aises et éclipse un peu ses voisins , la jolie fougère ( polystichum pulcherrimum Bevis ) et l’ilex little rascal, même si les baveux essaient de lui faire une taille de transparence. D’ailleurs en parlant de baveux, j’en ai surpris deux en pleine scène torride:

je crois que je vais avoir plein de petits gourmands ( mais que font les hérissons ?? )

Nouveau look pour une nouvelle vie

vous vous souvenez, Mme Alfred Carrière, avant , c’était une dame un peu ronde à la robe froufroutante ,avec cette peau diaphane qui sied à une femme du monde

photo du Net

et bien c’est fini, au diable la vie mondaine de femme de financier, vive la simplicité et la couleur :

Si, si, c’est Mme Alfred Carrière, y’a son nom sur l’étiquette !

Bon, je vous explique, j’ai passé une « petite » commande chez Guillot, profitant de la promo sur les rosiers en conteneurs, et à la réception il semblerait qu’il y ait une erreur de casting ….je cherche, je cherche, qui est ma belle inconnue ( j’ai comme une frayeur, je lui trouve une grosse ressemblance avec american pillar )

fleurs groupées de 5-6 cm, quasiment pas de parfum (pour l’instant je ne saurai dire si elle est remontante ou pas, grimpante ou arbustive ) , est-ce que quelqu’un la reconnait ?

La vie en mauve

L’année dernière Charlotte m’a donné une plantoune en godet, me précisant que c’était une mauve…m’en avait-elle dit plus sur ce bébé que j’adoptais ? je ne sais plus, mais je m’attendais à une de ces petites plantes qu’on voit pousser spontanément dans ma campagne :

photo trouvée sur le net

Chose incroyable dans ce jardin où tout est plus petit qu’ailleurs ( je parle des plantes ) , la petite chose est devenue une géante, et l’ouverture de sa première fleur a été un régal :

ce violet bi-ton rend la couleur vibrante et j’adoooooore ça !

le nombre de boutons floraux est impressionnant :

Elle est belle en bouton, ouverte , fanée ; elle me fascine . La découpe des pétales à leur base laisse apparaitre le vert du calice, le pistil saillant lui donne un petit air d’hibiscus ( en mieux )

J’ai mis cette malva sylvestris var.mauritiana ( si je ne me suis pas trompée dans son identification ) dans le massif « mauve » ( mon imagination est sans limite, il faut bien l’avouer ) en compagnie du fagus roseo-marginata déplacé cet automne parce qu’il grillait au soleil

ils ont l’air de bien s’entendre.

( Lo a la même, mais la mienne est évidemment cent fois plus belle )

La Roche-Guyon

Samedi nous devions nous retrouver à Versailles pour Esprit Jardin avec Sylvaine, Lo et Patricia , mais le temps infect menaçant de ruiner mon impeccable brushing, j’ai botté en touche , et j’ai proposé d’aller à la Roche Guyon le lendemain, où se tenait le salon international de l’élégance :

erf, non, « plantes plaisirs passions  » plutôt. Patricia et Sylvaine n’étant toujours pas sèches de la vieille, c’est avec Lo et Wouzwouz que j’ai découvert cette fête, petite mais avec plein de choses à visiter ( pardon pour le lapsus, je voulais dire  » pas sèches de la veille » 😀 )

J’ai entrainé mes deux acolytes dans un atelier visite/croquis en compagnie d’une artiste dont je n’ai pas noté le nom ( bravo hein )

mise en couleur inachevée
Clémence s’est appliquée à reproduire ombres et relief, elle m’épate

Nous avons faits trois dessins, dont un depuis le très beau potager

le billet d’entrée donne droit à la visite du château ,

l’entrée dans la cour
la bibliothèque
le cabinet de curiosités
depuis les salons, vue sur les stands et le potager
le pigeonnier
un étonnant toit en bois

Nous avons aussi profité de la visite commentée du jardin anglais, totalement à l’abandon depuis bien longtemps, mais la guide était passionnante et a parfaitement su nous faire imaginer ce qu’a pu être ce grands chaos :

comme on aimerait qu’existent encore les bassins, et entendre le fracas de l’eau en cascade , amplifiée par la falaise et le mur; tout l’esprit Romantique de l’époque se ressent ici.

des grottes boudoirs pour les dames du château
montée épique jusqu’au donjon
magnifique récompense, la vue sur la Seine

Je suis revenue avec un chapeau, du pain d’épices, un acaena, un physocarpus Schuch et un géranium phaeum blanc ; et les grognements de Lo qui a ronchonné toute la journée 😀


Yellow is the new black

La couleur tendance de ce printemps c’est le jaune ! Si ! y’en a partout, même là où j’en ai pas mis !

la tulipe brownie ( décrite comme un orange brulé, cuivre rosé et bronze avec une petite touche de jaune ) est sortie comme ça :

en faisant preuve de patience ( une bonne semaine ), on peut voir une évolution :

sur le site elle est comme ça ( c’est le moment où il faut retourner en arrière voir la première photo et comprendre que je riais jaune en la voyant éclore ) :

tulipes brownie, Marianne, lasting love, heuchère marmelade
une pointe de jaune qu’ils disaient !

Entre les tulipes Mystic Van Eijk, j’ai mis des tulipes daydream, pour créer une harmonie rosé pamplemousse rosé et abricot…et quelle couleur sort ? devinez…vous reprendrez bien un peu de jaune ? :

j’ai compris la leçon, j’attends que la couleur daigne apparaitre…

mais jaune très pâle avec le rose je trouvais ça joli aussi…

Et dimanche,

c’était les Naturalies à Dreux , ça rime moins bien que l’article précédent ( dimanche à Bamako ça ne rime pas non plus , mais c’est une autre chanson )

deux fêtes des plantes dans le week-end, allez , y’a que le porte monnaie qui pleure, sinon c’est le bonheur complet

vue depuis le stand d’or-k-idée , un pépiniériste local ( aussi présent à St Jean de Beauregard ) chez qui j’ai pris

  • 1 sanguisorba alba
  • 1 armoise Valérie Finnis
  • 1 campanule Kent Belle
  • 1 trollius Alabaster
  • 1 geranium summer skies
  • 1 potentille volcan
  • 1 euphorbe Ascot Rainbow

Le monsieur est adorable, il m’a écrit derrière chaque étiquette les exigences de chaque plante.

Il y avait aussi le stand où l’un de mes amis jardiniers se fournit capillairement ( l’heure de ma vengeance a sonné, Christophe ) :

Les petites décos habituelles :

Séverine, de la pépinière du Clos St Antoine, était présente ( une presque voisine aussi, elle vient de l’Eure ), je lui ai pris

  • 1 trifolium peach pink
  • 1 agastache blue boa
  • 1 persicaire blackfield
  • 1 veronica pink damask

Aux jardins de Bellenau, un iris africain m’a attirée mais je n’ai pas osé finalement ( si le réchauffement climatique continue ça va devenir possible )

Barnhaven avait dû être pris d’assaut la veille, il n’y avait rien de ce que je voulais .

Mais ! mais ! là ! celui à qui j’avais résisté la veille, ses branches tortueuses, ses chatons foncés, ses ( futures ) feuilles pourpres, hop, embarqué :

corylus contorta Red Majestic

pas moyen de trouver une brouette donc je n’ai pas pu profiter du sac de compost gratuit ( ça fait partie des petits plus de cette fête, aller remplir son sac à l’énorme tas de compost de la ville )

Maintenant, viiite, plus que quelques jours pour tout planter avant St Jean…

Samedi c’était Crécy

Samedi je suis allée à Crécy la Chapelle, un peu les mains dans les poches , sans appareil photo et sans ma carriole, juste pour le plaisir de retrouver les amis jardiniers, et chose imprévue, les copines blogueuses m’ont fait entrer dans le jury qui décerne les prix ( moi aussi je trouve l’idée étrange mais l’amitié fausse le jugement parfois )…me voilà donc à déambuler entre les stands, gonflée de ma propre importance d’influenceuse toute fraiche ( enfin quand je dis fraiche, vous comprenez… ) . Il ne fallait pas trainer, nous avions deux prix à remettre avant la fin de la matinée.

donc pas le temps de libérer Gaspard,

Surtout ne pas prendre la mouche si les autres n’approuvent pas notre choix

et ne pas semer la zizania dans le groupe

autant dire que je marchais sur des oeufs

Nous avons réussi à nous mettre d’accord sur le joli stand de Dominique Jouvenet , qui présentait cette étagère recyclée:

et sur les adorables ficaires du stand Passion vivaces… quand on est tombées sur ces petites choses croquignolettes , c’est devenu pire qu’une avalanche de photos de chatons mignons sur Facebook, ou qu’un concert de Patrick Bruel : l’hystérie collective !!! à fleurs simples, à fleurs doubles, à revers contrasté, à feuillage pourpre, on a pris le stock !

salmon white

colarette
coppermob

double bronze

Un peu plus tôt chez les Hennebelle, mes yeux énamourés s’étaient posés sur cette merveille qui me tendait les bras ( malheureusement réservé ) :

larix horstmann’s recurved

De jolies installations ( chéri, si tu t’ennuies…. )

Et cette fête m’a enfin donné l’occasion de découvrir le joli travail de Naterre, ses galets flottants et ses tuteurs me plaisent beaucoup :

pour de plus jolies photos de cette manifestation, je vous invite à aller sur les blogs de Charlotte, Christophe, Isa Marie, Lo, Patricia