Yellow is the new black

La couleur tendance de ce printemps c’est le jaune ! Si ! y’en a partout, même là où j’en ai pas mis !

la tulipe brownie ( décrite comme un orange brulé, cuivre rosé et bronze avec une petite touche de jaune ) est sortie comme ça :

en faisant preuve de patience ( une bonne semaine ), on peut voir une évolution :

sur le site elle est comme ça ( c’est le moment où il faut retourner en arrière voir la première photo et comprendre que je riais jaune en la voyant éclore ) :

tulipes brownie, Marianne, lasting love, heuchère marmelade
une pointe de jaune qu’ils disaient !

Entre les tulipes Mystic Van Eijk, j’ai mis des tulipes daydream, pour créer une harmonie rosé pamplemousse rosé et abricot…et quelle couleur sort ? devinez…vous reprendrez bien un peu de jaune ? :

j’ai compris la leçon, j’attends que la couleur daigne apparaitre…

mais jaune très pâle avec le rose je trouvais ça joli aussi…

Erythroniums trognons

Vous vous souvenez de mes doigts coupés ? et bien ça y est , ils fleurissent ! quelle joie de découvrir la première fleur, je suis une petite fille qui reçoit son cadeau de Noël ( oui, on est quasiment à Pâques , c’était juste une façon de parler , ne chipotez pas )

erythronium white beauty

premier jour les pétales ressemblent au toit d’un temple asiatique, deuxième jour, hop, c’est une danseuse de flamenco qui lève les bras ( si si, essayez, ça le fait exactement ) :

Je pense que ça se voit sur mes photos, c’est une plante pour jardinier à quatre pattes; donnée pour 20 cm , chez moi elles font 14 cm au garrot ( j’ai vérifié ! )

Les jaunes sont plus grandes :

erythronium pagoda

J’ai bien pensé refaire la photo après avoir arraché l’ortie , mais finalement je la laisse, Lo pourra se moquer.

j’aime de plus en plus ce petit coin frais en vert/jaune/blanc

ah te voilà Pomponette !

on peut dire que je l’ai attendue, espérée celle là ! ah la coquine ! J’ai acheté l’année dernière les graines chez Sarah Raven, brillamment réussi le semis ( oui, je sais, c’est pas compliqué mais j’aime bien m’autocongratuler ) et installé la plante à l’automne au jardin. C’est une bisannuelle mais elle m’ a fait une fleur dès octobre:

Voui, vous aussi vous trouvez que ça n’est pas la peine d’acheter des graines pour se retrouver avec de la pâquerette de jardin ? ( j’aime bien les pâquerettes , c’est pas le problème, c’est juste pas ce que j’ai acheté )

La revoilà en mars, suspenssss, tension extrême, roulement de tambourins, on dirait qu’il y a beaucoup de pétales:

Ouiii, elle a fait des réserves cet hiver et la voilà toute ronde toute pimpante, je suis conteeeeeente :



Bellis perennis Goliath

Elles sont au pied de tulipes…non, je ne dis rien, parce que j’ai beaucoup de surprises dans les bulbes cette année, on va attendre…

beurre frais

Mi février, j’ai trainé toute la famille à la première journée porte ouvertes des Delabroye et je suis revenue avec trois nouveaux bébés, je vous présente l’un deux :

magnifique à tous les stades

On voit de loin ses jupons gonflés ( tutu, crème chantilly , vous pouvez y voir ce que vous voulez )

j’aime l’association avec le corylopsis paucifolia dont les clochettes commencent à s’ouvrir ( j’ai enlevé l’étiquette depuis, c’était incongru dans un jardin si distingué )

à ses pieds , des doronics donnés par Marylin H. , qui vont s’ouvrir en étoiles jaunes

et un pachyphragma que j’ai failli arracher tellement il ressemble à une « mauvaise herbe » ( ses feuilles se font boulotter et ne ressemblent plus à rien )

allez, encore une photo parce qu’il est cro cro beau !

Ça pousse, et pas en silence

Celui qui claironne haut et fort l’arrivée du printemps ici c’est le prunier sauvage, une espèce de cochonnerie qui drageonne de partout, mais je lui pardonne quand je le vois éclater comme ça :

ça bourdonne très fort là dedans , et les fleurs embaument. Quand les pétales tombent , ils font un tourbillon de neige qui me ravit.

Nous avons enchainé les coups de vents, c’est pas la tempête de 1999 bien sur, c’est juste une répétition de stress pour le jardin. Craaaac, le vieux prunier près de l’entrée a finit par céder, on s’est aperçu que seul le lierre le tenait debout en fait . Je suis contrariée parce qu’il abritait les naissances des petits merles.

Et puis Kilmanorck , qui s’est mis à pencher de plus en plus . Comme le béton c’est tendance, j’ai commencé par mettre un parpaing à son pied pour le retenir, puis deux ,

puis chéri est venu à ma rescousse pour faire un haubanage de fortune. Je ne sais pas combien de temps on peut laisser ça, une saison ? est-ce qu’il va se redresser ou va-t-il totalement se coucher ?

En attendant je fais un gros nettoyage à l’intérieur , où il y a énormément de bois mort ( qui contribue peut-être à le faire pencher ? )

à moins que ça ne soit le poids des escargots qu’il abrite qui le déséquilibre ?

Allez matelot Kilmarnock, accroche toi à la barre, je n’ai pas envie de me passer de tes chatons :

Salix caprea Kilmarnock

Comme un pou, comme un p’tit banc,

Fière !! oui, carrément ! Mon jardin était «  jardin de Noé  » depuis déjà 6 ans mais depuis cet automne, la plaque « officielle » est posée ( merci Chéri )

Devenir un îlot de vie est extrêmement simple , en voici les 10 commandements :

  • je laisse un coin de jardin au naturel
  • je mets en place une prairie fleurie
  • j’aménage des habitats pour la faune locale
  • je réduis ma consommation d’eau
  • je fais un compost
  • je limite l’éclairage nocturne
  • je favorise les plantes locales
  • j’améliore mon sol naturellement
  • je protège mes plantes naturellement
  • je deviens porte parole de la biodiversité

Vous trouverez plus d’informations sur le site mais si vous avez des nichoirs, des plantes mellifères, pas de pesticides, un récupérateur d’eau de pluie , vous avez déjà fait sans le savoir la moitié du chemin ; facile je vous dis

en plus, la plaque est jolie ; le lierre commence son travail d’approche, je crois qu’il est d’accord avec ma démarche

L’explosion de Rochester

c’est où ça ? ben dans mon jardin ! un joli fait d’hiver : Rochester c’est le nom de l’hamamélis acheté chez Le try il y a plusieurs années . Le pauvre vivotait en pot et enfin cet automne je lui ai trouvé une place ; il m’en a été reconnaissant, il éclate en fleurettes orangées et parfumées :

J’ai amené du compost à la plantation pour  » acidifier » un peu la terre , il est ombragé par le cerisier, j’espère qu’il va continuer à se plaire

Cos’ baby you’re a firework…

Un physique banal, aucun charme, le genre qui passe inaperçu…voilà ce que je pensais avant de le voir en automne dans le jardin de Jean-Pierre Coffe ; et là, le coup de foudre…Jean-loup Hennebelle me l’avait conseillé souvent et je ne comprenais vraiment pas ce qu’il trouvait à cet arbuste

ci dessus au printemps, en camouflage dans le feuillage d’ une consoude et du rosier crocus rose, vous le remarquez ?

et voilà, l’automne l’a transformé en flammèches, il crève le gris de Novembre

Il devrait être plus fourni, il a un peu souffert de cet été ultra sec

Come on, let your color burst , à n’en pas douter Katy Perry a aussi un rhamnus frangula asplenifolia dans son jardin

Jaro est arrivé,

sans s’presser

le grand Jaro

le beau Jaro

( mais sans son cheval ni son grand chapeau )

Acheté il y a 15 jours le matin à Chantilly sur le stand des Hennebelle, le prunus serrula dont j’ai rêvé pendant si longtemps s’était volatilisé le soir quand j’ai voulu le récupérer, barboté par erreur par Mr G., un autre client .

Je suis rentrée dépitée, sans mon Jaro, voire carrément angoissée à l’idée de ne jamais revoir mon arbre, même si Nicolas Hennebelle m’avait assuré que Mr G est un gentleman ( « suis-je tombée sur Arsène Lupin, le gentleman cambrioleur » est la seule pensée qui m’est venue). J’avais pour monnaie d’échange la plante de Mr G. , un petit sambucus ( impossible à confondre avec un arbre de deux mètres de haut mais passons )

Une semaine de silence radio de la part de Mr G. ( moi qui ne suis pas un gentleman, j’aurais contacté l’autre personne pour m’excuser et la rassurer ) , j’ai recontacté Nicolas Hennebelle pour qu’il secoue le cocotier, et une semaine plus tard, un transporteur me livrait mon bébé

Jaro est comme les autres serrula, doté d’une belle écorce qui desquame,  mais plus clair, et comme disait Jean-Pierre Coffe, il est doux comme une b… ( je vous laisse imaginer ce que vous voulez, voire vérifier si vous le souhaitez )

Nicolas Hennebelle m’a conseillé de faire un trou plus large que profond et d’ajouter du sable et des petits cailloux à ma terre ( type mélange pour maçonnerie ). Je trouve joli tout ce doré, je me sens comme Midas ( hé non, pas la chaine spécialisée en automobile , l’autre, le roi )

Je l’ai choisi en tronc unique et pas en cépée pour qu’il pousse plus vite , et surtout pour qu’il prenne moins de place en largeur. Son tronc se tortille un peu de rire, je n’ai pas réussi à le mettre bien vertical ( enfin ça dépend de l’angle sous lequel on le regarde ),  peut-être restera-t-il aussi tordu que la jardinière ?

Je verrai au fil des années si je dois agrandir le massif, j’ai une petite marge de manœuvre tout autour.

Bulbizarre

(Toutes les mamans marquées par des années de collection de pokemon me comprendront 😉 )

Cette année, ça y est, enfin, j’ai commandé des erythroniums . Des quoi donc ? juste la grâce dansant au bout d’une tige ( photo Promesse de fleurs )

Je n’en avais jamais planté, ni vu, c’était un fantasme jusqu’à maintenant et c’est avec beaucoup de curiosité que j’ai ouvert mon colis :

bbbrrr, on dirait des doigts coupés ( hum, et celui de droite me semble moisi )

ci dessus, pagoda, les jaunes

légère différence de taille…les deux ont été primés à la RHS, j’ai confiance

Je les ai associés au brunnera looking glass  qui fleurit bleu comme les myosotis :

ainsi qu’à des tulipes sapporo et maja, dans les tons blancs et jaunes. Enfin je crois, parce que j’ai oublié de noter dans mon carnet; il faudra attendre le printemps pour savoir…c’est ici que commence une des grosses activités du jardinier, le « ouailletènessi »…