sans s’presser

le grand Jaro

le beau Jaro

( mais sans son cheval ni son grand chapeau )

Acheté il y a 15 jours le matin à Chantilly sur le stand des Hennebelle, le prunus serrula dont j’ai rêvé pendant si longtemps s’était volatilisé le soir quand j’ai voulu le récupérer, barboté par erreur par Mr G., un autre client .

Je suis rentrée dépitée, sans mon Jaro, voire carrément angoissée à l’idée de ne jamais revoir mon arbre, même si Nicolas Hennebelle m’avait assuré que Mr G est un gentleman ( “suis-je tombée sur Arsène Lupin, le gentleman cambrioleur” est la seule pensée qui m’est venue). J’avais pour monnaie d’échange la plante de Mr G. , un petit sambucus ( impossible à confondre avec un arbre de deux mètres de haut mais passons )

Une semaine de silence radio de la part de Mr G. ( moi qui ne suis pas un gentleman, j’aurais contacté l’autre personne pour m’excuser et la rassurer ) , j’ai recontacté Nicolas Hennebelle pour qu’il secoue le cocotier, et une semaine plus tard, un transporteur me livrait mon bébé

Jaro est comme les autres serrula, doté d’une belle écorce qui desquame,  mais plus clair, et comme disait Jean-Pierre Coffe, il est doux comme une b… ( je vous laisse imaginer ce que vous voulez, voire vérifier si vous le souhaitez )

Nicolas Hennebelle m’a conseillé de faire un trou plus large que profond et d’ajouter du sable et des petits cailloux à ma terre ( type mélange pour maçonnerie ). Je trouve joli tout ce doré, je me sens comme Midas ( hé non, pas la chaine spécialisée en automobile , l’autre, le roi )

Je l’ai choisi en tronc unique et pas en cépée pour qu’il pousse plus vite , et surtout pour qu’il prenne moins de place en largeur. Son tronc se tortille un peu de rire, je n’ai pas réussi à le mettre bien vertical ( enfin ça dépend de l’angle sous lequel on le regarde ),  peut-être restera-t-il aussi tordu que la jardinière ?

Je verrai au fil des années si je dois agrandir le massif, j’ai une petite marge de manœuvre tout autour.