Futures belles

Je n’ai pas pu résister quand Guénolé a proposé à l’achat des graines des croisements d’hémérocalles qu’il effectue. La publication des photos des parents était plus qu’alléchante,

et j’aime bien les surprises, alors je retente le semis cette année ( les précédents n’ont pas encore fleuri parce que je les avais mis dans des pots trop petits, mais j’espère les voir cet été )

Ci dessus les graines telles que je les ai reçues, mises à tremper dans de l’eau avec un tout petit peu d’eau d’oxygénée

très rapidement les germes sont apparus, il est temps de planter

contrairement à ce qu’on pourrait penser, la partie blanche renferme la future racine, donc on la met vers le bas. Un petit trou avec une baguette et c’est parti, puis on recouvre avec de la vermiculite pour éviter les mouches

et on n’oublie pas d’étiqueter . Cette année j’ai écrit directement sur le pot, parce que j’ai déjà retrouvé mes étiquettes dispersées dans le jardin, je vais essayer de ne pas répéter les mêmes erreurs.

rapidement, de jolis poireaux apparaissent. Bientôt tout ce petit monde ira dehors, mais ça, ça sera pour le printemps.

Mon Top

Le jeu du moment sur les blogs est d’égrainer nos 5 annuelles préférées ( Marie-Caude a donné le départ ici ), je vous présente mez chouchoutes :

Briza media : une graminée que l’on confond avec des brins d’herbe au début du printemps ( bien observer avant de désherber comme un bourrin 😉 ) et qui porte ensuite de jolis petits coeurs ( si on n’aime pas on trouvera que ça ressemble à des asticots et que c’est une drôle d’idée de mettre ça dans son jardin ) . Elle se ressème toute seule, et ça me ravit

Les nigelles : semis ultra facile en place, et plante qui se ressème toute seule à mon grand bonheur . Les bleues sont chez moi plus grandes et plus « volontaires » que les autres couleurs . Les blanches me viennent de Sylvaine, lors d’un échange de graines. J’ai aussi des roses mais assez chétives , malheureusement . Les anglais les appellent  » love in a mist », étant moi-même assez brouillonne, tout ce qui est brouillard me parle

Euphorbia stricta, cadeau des oiseaux ou du vent, elle se ressème beaucoup ( vraiment beaucoup, ce qui me permet d’en donner aux copains jardiniers ) , c’est une compagne extraordinaire pour toutes les plantes, elle est légère et sa couleur se marie avec tout

Les carottes sauvages , les blanches sont arrivées seules, les roses ( daucus carotta « Dara «  ) ont été semées par mes soins . Dans la même famille, les ammi, des ombelles vertes et blanches à semer en place en mars

Les tabacs. Une bien jolie découverte lors d’un échange de graines, encore une fois ( quelle mine ces échanges <3 ) . En photo ci dessous nicotiana Langsdorffii aux trompettes délicates jaune-vert , et nicotiana mutabilis , plus haut et bicolore . Cette année je commence dès maintenant le semis parce qu’ils ont fleuri tard et que je n’ai pas pu récolter de graines

Si vous avez envie de vous lancer dans les semis et/ou rêver devant de jolies photos, je vous conseille ce livre :

Si vous n’êtes pas rebutés par l’anglais ( et les températures en fahrenheit ) , le livre présente une soixantaine de plantes qui vous donneront envie d’envahir la cuisine et chaque point lumineux de la maison de petites terrines pleines d’espoir ( moi c’est déjà fait 😉 )